Dans le Beniamin minor Richard de Saint-Victor décrit un rituel de préparation à la contemplation basée sur une lecture allégorique de la naissance du fils de Jacob, où ils représentent les passions modérées, les vertus nécessaires pour atteindre l’extase mystique. La série des passions se termine par honte, représentée par la fille de Jacob, Dinah, le symbole de la verecundia. Dans le texte de Richard, la honte joue plusieurs rôles: elle est tour à tour une passion, une vertu et un vice. L'association de la honte et du péché renvoie au péché originel ; Augustin dans le livre XIV de La Cité de Dieu décrit la scène de la fondation de la honte: la découverte de la nudité immédiatement après le péché d’Adam et d'Ève coïncide avec la naissance de verecundia. En ce qui concerne la genèse de la notion de honte vertueux, il ya en revanche une longue méditation développée par saint Ambroise dans le De officiis, dans laquelle il définit verecundia comme une vertu. Le texte de Richard de Saint-Victor peut être lu comme une sorte de synthèse de cette double tradition, La définition du statut de la honte est destinée à devenir encore plus compliquée au cours du siècle suivant, avec la découverte des textes d'Aristote. L'idée d'une «passion louable » que Saint Thomas emprunte à Aristote, permet de placer ce sentiment dans une sorte de limbes éthiques : la honte, étant une passion n'est pas, une vertu à proprement parler ; elle est quand même un préalable nécessaire à la tempérance

La honte et la faute. La réflexion sur la 'verecundia' dans la littérature théologique des XIIe et XIIIe siècles

VECCHIO, Silvana
2013

Abstract

Dans le Beniamin minor Richard de Saint-Victor décrit un rituel de préparation à la contemplation basée sur une lecture allégorique de la naissance du fils de Jacob, où ils représentent les passions modérées, les vertus nécessaires pour atteindre l’extase mystique. La série des passions se termine par honte, représentée par la fille de Jacob, Dinah, le symbole de la verecundia. Dans le texte de Richard, la honte joue plusieurs rôles: elle est tour à tour une passion, une vertu et un vice. L'association de la honte et du péché renvoie au péché originel ; Augustin dans le livre XIV de La Cité de Dieu décrit la scène de la fondation de la honte: la découverte de la nudité immédiatement après le péché d’Adam et d'Ève coïncide avec la naissance de verecundia. En ce qui concerne la genèse de la notion de honte vertueux, il ya en revanche une longue méditation développée par saint Ambroise dans le De officiis, dans laquelle il définit verecundia comme une vertu. Le texte de Richard de Saint-Victor peut être lu comme une sorte de synthèse de cette double tradition, La définition du statut de la honte est destinée à devenir encore plus compliquée au cours du siècle suivant, avec la découverte des textes d'Aristote. L'idée d'une «passion louable » que Saint Thomas emprunte à Aristote, permet de placer ce sentiment dans une sorte de limbes éthiques : la honte, étant une passion n'est pas, une vertu à proprement parler ; elle est quand même un préalable nécessaire à la tempérance
2013
9788884504821
vergogna; pudore; passioni; etica medievale; Riccardo di san Vittore
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11392/1813503
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact